Retour vers le futur

Ancienne « Brasserie de La Poste », puis « Musée de la brasserie » plusieurs décennies après l’arrêt de la production en 1976, le site renaît de ses cendres en 2017 en accueillant un nouveau matériel de brassage.

En matière de tourisme, la tendance est à la visite d’anciens fleurons industriels transformés en musées. Pour rendre hommage à une époque révolue, des sites entiers, souvent aux dimensions démesurées et équipés de matériel à la mécanique complexe, se sont reconvertis.
Les brasseries  ne font pas exception ; après des siècles de production, les cuves sont vides, les odeurs de fermentations ont disparu pour laisser place aux visites guidées et aux flashs des appareils photos. Mais la bière a existé avant l’ère industrielle et existera encore après… C’est ce que  nous  prouve le projet lancé à Warneton (Belgique), au musée de la Brasserie, qui vient d’accueillir en 2017 une microbrasserie.

D’abord, un petit point géographie : la commune de Warneton est située à la frontière franco-belge, entre Lille et Ypres. Vous ne situez pas ? Bon, disons entre Lille et Bruges. Sur la rive belge de la Lys, dans un cadre bucolique, se dresse l’ancienne « Brasserie La POSTE ». La brasserie se devine sous la haute cheminé entourée par ses tours ouvertes et ventilées de refroidissement. Le rez-de-chaussée est aujourd’hui un bar restaurant, La MALLE POSTE, intérieur en brique et mobilier en bois. Bref, on ne peut pas se tromper, on est dans le Nord ou en Belgique ! L’accès au musée se fait par l’arrière cour du bâtiment, où l’on découvre les équipements d’autrefois, des cuivres bosselés et une installation ingénieuse.

3 générations de brasseurs.

Le musée permet de découvrir l’histoire des 3 générations de brasseurs qui se sont succédées. C’est en 1857 qu’ Hector Van Windekens, percepteur des postes de la commune, ouvre la brasserie. Sans formation, il apprend le métier sur le tas au contact des brasseurs locaux. En 1903, il passe la main à son fils, Henri, ingénieur-brasseur, diplômé de l’Institut supérieur des fermentations de Gand. L’époque est propice, leur bière est distribuée dans une quarantaine de cafés de la ville. Malheureusement la Première guerre mondiale dévaste la région, et la brasserie ne se relancera que dans les années 20 pour s’agrandir en partenariat avec les moines de l’abbaye de Warneton. La production est reprise en 1943 par le petit fils du fondateur, Joseph, lui aussi ingénieur-brasseur, qui change le style de bière et fabrique des Lagers.

L’activité s’arrête en 1976. Le bâtiment est cédé à la société de Comine-Warneton qui aménage la brasserie en un musée qui ouvre ses portes au début des années 2000.

2017, la renaissance.

Mais depuis cette année 2017,  la brasserie reprend (enfin) ses droits ! En effet,  l’arrière cour du musée accueille depuis peu une boutique et une microbrasserie (5Hl). En relation avec le musée et le restaurant, une gamme de bière, brassée à façon par la brasserie LEPERS (La Chapelle d’Armentières (59), a été créée, et est disponible en bouteilles à la boutique et en pression au bar LA POSTE. Cette gamme se compose de 4 bières permanentes : une Blonde, une Ambrée, une Triple et un Porter, auquel s’ajoute une bière événement. Une autre gamme, la « W » (pour Warneton), va être créée prochainement et brassée sur place. Celle-ci rendra hommage à la ville et son passé brassicole.

Derrière ce projet se cachent deux passionnés et professionnels de la bière, Johan BARBRY et Charles LEPERS, respectivement brasseur et propriétaire de la brasserie LEPERS, qui fabrique l’ANGELUS.

Travaillant ensemble depuis plusieurs années, ils se sont associés pour faire renaître LA POSTE de Warneton. Attachés à la région Hauts-de-France, riches de leur savoir-faire, ils se lancent dans ce projet en complément de leur activité. Une fois les autorisations administratives en poche, ils se partageront les rôles, pour brasser et tenir la boutique. Les deux compères  veulent promouvoir la bière à façon ou bière à étiquette, pratique très communes en Belgique, pour répondre à la demande de petits établissements;  commerces, bars et restaurants de la région qui souhaiteraient avoir une bière à leur image.

Le Musée de la brasserie de Warneton  sera bientôt plus qu’un musée… l’odeur du moût en cuisson se fera sentir à nouveau sur les bords de Lys !
Là, où la bière fut, elle a disparu…là, où le brasseur est, elle réapparaît.

RELATED POSTS

1 Comment

  1. Répondre

    szmul

    16 janvier 2018

    Très intéressant, merci

LEAVE A COMMENT