Portrait : Erwan, brasseur aux 3 Brasseurs de Lezennes.

Portrait d’Erwan, alias Slash (parce que « dans la vie il faut s’lâcher »), est le brasseur du tout nouveau restaurant 3 brasseurs de Lezennes, près de Lille. C’est un petit nouveau dans la grande famille 3 Brasseurs, mais surement pas un lapereau de 6 semaines dans le métier de brasseur ! Slash a bourlingué son fourquet en France mais aussi à l’autre bout du monde avec toujours la même passion pour la bière et le métal ! 

 

 

 

Peux-tu nous parler un peu de ton parcours personnel et professionnel ?

Je suis breton. Originaire des côtes d’Armor, plus précisément de St Brieuc. Pays de la coquille Saint-Jacques ! J’ai longtemps vécu à Moncontour, petit village médiéval proche de St Brieuc. D’abord, j’ai suivi une formation technique et scientifique avec un BAC E puis un IUT génie mécanique et productique. J’ai ensuite continué des études supérieures en gestion de production assistée par ordinateur.

 

Comment es-tu arrivé dans l’univers de la bière ?

Après être tombé par hasard sur un ouvrage de brassage. J’ai commencé à brasser en amateur avec quelques amis passionnés de bière. C’était dans les années 90. Un de mes amis, Emmanuel Faucillon, aujourd’hui malteur de métier, a rapidement commencé à brasser de plus gros volumes, de manière professionnelle. Il distribuait sa bière très localement, à des particuliers ou des fêtes locales : les Fest Noz. En parallèle de mon activité professionnelle, je lui donnais des coups de mains pour l’aider à brasser. La demande était de plus en plus grande et il cherchait quelqu’un pour brasser à plein temps.

C’est là le point de bascule ?

Oui, j’ai décidé de tout plaquer pour brasser avec lui, c’était en 2002. A l’époque on m’a pris pour un fou, et il n’y avait qu’une dizaine de brasseries en Bretagne. On s’est associé par la suite à Jérôme Morin pour monter la brasserie de Launay en 2005. J’ai quitté la brasserie en 2018 et j’ai commencé à voyager. D’abord en Nouvelle Zélande, un pays magnifique, puis chez des amis en Nouvelle-Calédonie. C’est là-bas que j’ai découvert les 3 Brasseurs ! J’ai sympathisé avec Philippe, le brasseur du restaurant de Nouméa avec qui j’ai brassé quelques fois. Là-bas, l’idée de travailler pour l’enseigne a germé. En rentrant en métropole, je suis allé postuler à Rennes. Après des remplacements à Antibes et à Petite-Forêt, j’ai pris le poste du restaurant de Lezennes, en septembre 2020, à son ouverture.

 

 

Qu’est-ce que tu aimes dans ton métier et ton entreprise ?

J’aime tester, explorer et j’aime la liberté de créer et de tout gérer de A à Z. Je m’occupe de tout ce qui touche de près ou de loin à la bière ici : achat des matières premières, brassage, embouteillage, contrôle des fermentations, etc… Je suis le garant du bon service de la bière et de sa qualité ! Aux 3 Brasseurs on a aussi le plaisir d’avoir la reconnaissance direct du consommateur, du fait de la proximité : j’échange régulièrement avec les clients. J’échange aussi beaucoup avec l’équipe au service, afin qu’ils aient l’expertise pour parler de nos produits et conseiller le client.

 

De quelle recette créée pour les 3 Brasseurs es-tu le plus fier ?

Je suis dans l’entreprise depuis quelques mois seulement. Je n’ai donc créée qu’une seule recette pour l’ouverture du restaurant de Lezennes : La Doguilloise ! Une bière cuivrée à l’hibiscus, avec un dry-hopping avec les variétés de houblons Simcoe et Chinook et la levure 3 Brasseurs. Elle titre à 5%, c’est une bière aromatique sans trop d’amertume, désaltérante, parfaite pour les supporter du LOSC en avant match !

 

 

Peux-tu nous révéler ton secret de brasseur ?

De l’amour et un zest d’érotisme ! Voilà mon secret et plus sérieusement, ce que j’aime c’est l’équilibre. L’équilibre n’est pas forcement plat. J’aime les bières plutôt légères en alcool, équilibrée entre l’amertume et l’aromatique.

 

Quelle sont tes passions en dehors de ton métier ?

Je ne m’en cache pas, je suis fan de métal et donc un adepte du Hell Fest ! J’y vais chaque année. J’aime cette communauté, c’est toujours une très bonne ambiance. Le HellFest c’est nounours land !

RELATED POSTS

LEAVE A COMMENT