Les styles de bières…Figure de style ?

Les styles de bières: sortes et débats

Billet d’humeur par Pierre du Labo 3 Brasseurs

Nombreux sont les débats concernant les styles de bière et cela me plaît forcément car cela fait parler de la bière et fait découvrir le savoir-faire et la créativité des différents brasseurs. Mais la complexité et la richesse de ces discussions sont bien le fait qu’il est difficile voire même impossible de définir les limites entre les styles et les différentes terminologies.

En effet, qui pourrait me définir avec précision les limites du jazz et du rock en musique ? Les Beatles, AC/DC, Elvis Presley, Muse, Nirvana, Johnny Hallyday ou Pink Floyd sont des rockeurs et pourtant bien différents (et si géniaux dans leur domaine !). Pour la bière, c’est identique: les styles restent des points de repères généraux qui n’ont de vérité que celui qui l’énonce.

Les styles restent des points de repères généraux qui n’ont de vérité que celui qui l’énonce.

Quelques principes reviennent régulièrement pour caractériser les bières.

Le premier est le type de fermentation qui de fait ne porte pas à équivoque car cadré par la science

  • La fermentation basse qui utilise les souches de levures Saccharomyces pastorianus qui ont la capacité d’utiliser le mélibiose (et qui sont régulièrement utilisées à température plus basse mais pas obligatoirement…),

  • La fermentation haute qui utilise les souches de levures Saccharomyces cerevisae (qui n’utilise pas le mélibiose),

  • les fermentations spontanées/mixtes qui vont travailler avec d’autres souches de levures et de bactéries.

Bien sûr, le visuel permet de catégoriser les bières car en effet cela est lié à la recette et à l’utilisation de certains malts colorés mais le goût est extrêmement variable sur une même couleur… Les termes blondes, ambrées, rousses, brunes, noires seront utilisés par simplification.

De plus, la vue est le premier sens sollicité par la bière. Qui n’a jamais eu l’oeil qui pétille en voyant arriver une blanche extrêmement pâle ou une brune très noire ?

L’étape suivante est bien plus complexe car il s’agit du style à proprement dit qui est lié à des critères parfois très éclectiques, ou par une origine géographique, une tradition historique, un goût, une spécificité technique etc… . Une littérature francophone sur le sujet nous vient d’outre-Atlantique et permet de nourrir débats, discussions et recherches de nouvelles sensations : « Les saveurs gastronomiques de la bière » par David Lévesque Gendron et Martin Thibault.

Pour revenir à la comparaison avec la musique, il est tout à fait possible de mélanger des styles afin de créer son chef d’œuvre. Comme Rhapsody in Blue de Georges Gershwin est un mélange entre jazz et classique, la microbrasserie du lac Saint-Jean propose par exemple une saison IPA alors que ces deux styles ont des histoires très différentes (la saison étant une bière originaire du Hainaut conçue originellement pour les travailleurs des champs, l’India Pale Ale étant quant à elle originaire d’Angleterre et conçue pour abreuver les colonies d’Inde).

Ainsi, la seule solution pour savoir si vous aimez une bière ou non reste la fameuse expérimentation.

Allez, je retourne déguster ma Black IPA, euh ma Cascadian Dark Ale, euh ma India Black Ale, euh ma Black Bitter Ale, euh ma India Dark Ale, euh ma brune houblonnée … bref je retourne déguster ma bonne bière brassée avec amour qui m’égaye les papilles !

RELATED POSTS

LEAVE A COMMENT