La Nation’ale : Une Hop Harvest solidaire made in France

A l’initiative du Syndicat National des Brasseurs Indépendants (SNBI), 140 brasseries françaises se sont lancées ces dernières semaines dans le brassage d’une bière collaborative : La Nation’ale !

 

 

Annoncé fin août, dans un contexte économique compliqué pour la filière brassicole, le projet est pour le SNBI « avant tout un joli moment de partage entre les brasseurs et le plaisir de proposer au consommateur une bière fabriquée à plusieurs avec les idées recettes de chacun ».

Car les brasseurs ont dû respecter un cahier des charges commun. La Nation’ale doit être avant toute chose une bière de récolte. Mais qu’est-ce qu’une bière de récolte ?

Plus connue sous l’anglicisme « Hop Harvest » elle est brassée à base de houblon frais. Rien de bien original me direz-vous ! Et pourtant si.

Le houblon est une plante annuelle. Elle se récolte en septembre et les brasseurs ne peuvent compter que sur cette récolte pour se constituer un stock pour toute l’année. Sa conservation et son stockage ont donc toujours été un problème dans la vie d’un brasseur. C’est pourquoi il est aujourd’hui utilisé sous forme de pellets. Après avoir été broyé frais, le houblon est conditionné en petits granulés. Cette transformation améliore la conservation de ses arômes et facilite son stockage (sous vide et au frais).

Une bière au houblon frais

Brasser avec des cônes de houblon fraichement cueillis n’est donc pas monnaie courante, et n’est possible qu’une fois dans l’année !

L’idée ici est d’utiliser le houblon 24 heures après l’avoir récolté. La bière nait donc obligatoirement d’une collaboration étroite entre le houblonnier et le brasseur. Car évidemment, pour le SNBI, le projet a pour but de promouvoir l’ensemble de la filière brassicole :

« Cette collaboration permettra de promouvoir le savoir-faire des brasseries indépendantes, et leurs liens avec la production locale de houblons, voire de céréales. » 

En plus de l’utilisation du houblon frais, Daniel Thiriez, brasseur et vice-président du SNBI, a fixé d’autres obligations : bière de fermentation haute sans ajout d’épice ni de fruit, la Nation’ale devra avoir une robe blonde, de pale à dorée, ainsi qu’une amertume d’au moins 15 IBU. 

Elle portera le même nom partout en France avec un graphisme commun.

 

 

Un lancement à l’échelle nationale est prévu le 12 octobre !

RELATED POSTS

LEAVE A COMMENT