Histoire de la Яussian Imperial Stout

En 1992, un journaliste brassicole anglais retrouve une Russian Imperial Stout brassée 23 ans auparavant, en 1969. D’après lui la bière était encore somptueuse et plus douce et soyeuse que les versions plus jeunes.

 

En 1698, Pierre le Grand, Tsar de Russie de 1682 à 1725, sillonne l’Europe avec ses diplomates dans le cadre de sa « Grande Ambassade ». Lors de ce voyage long de plusieurs années, il atteint Londres et découvre les ales anglaises dont il raffole. Une fois rentré en Russie, c’est tout naturellement qu’il popularise ce breuvage saxon au sein de sa cour et en expérimente l’importation.

 

 

Malheureusement, le produit résiste mal aux milliers de kilomètres de voyage, et une fois arrivée à Saint Pétersbourg, la bière n’est plus très bonne.

 

Durant cette époque sans froid artificiel ni pasteurisation, une solution simple de conservation est alors trouvée : la forte augmentation du taux d’alcool et de la quantité de houblon incorporé dans les tonneaux. Par ce moyen, la nouvelle bière créée pouvant atteindre les 10-11° d’alcool, peut être envoyée à travers les mers nordiques sans craindre de la voir tourner ou geler pendant le trajet. Dans le même temps, le milieu du XVIIIème siècle voit apparaitre les stouts et porters, des bières noires et torréfiées. C’est donc naturellement qu’on commence à voir arriver en Russie, des bières très fortes et très foncées.

 

Leur saveur est puissante et douce à la fois, l’ensemble s’équilibre parfaitement dans des notes de cacao grillé, porto et caramel.

 

 

Au cours du XVIIIème siècle, plus d’une dizaine de brasseries londoniennes brassaient de la stout forte afin de l’exporter vers la mer baltique. C’est l’impératrice Catherine II de Russie, qui, suivant l’amour de son prédécesseur Pierre le Grand pour la bière anglaise, se faisait brasser puis importer de grande quantité de « Intire Thrale’s », une stout très puissante de la brasserie Anchor Brewhouse. C’est de cette époque que viendrait le nom de Russian Imperial Stout.

 

Cette tradition perdure très longtemps, mais les changements de modes et la chute du nombre de brasserie font disparaitre le style dans les années 1990 quand la production de RIS (Russian Imperial Stout) est arrêtée à Londres.

 

Les Russian Imperial Stout sont aujourd’hui fort heureusement revenues dans l’air du temps, notamment grâce à la renaissance des bières houblonnées à cru comme les India Pale Ales.

Nazdravei !

 

Quelques exemples de bonnes RIS à déguster :

  • Boris Goudenov, Brasserie Corrézienne
  • Esenin, Brewlok, Russie
  • Rasputin, De Molen, Pays-Bas

 

 

Gaël

LEAVE A COMMENT