Fût jetable vs Fût inox

            Alors que les questions de développement durable et de gestion des déchets deviennent prépondérantes et touchent l’ensemble des pans de notre société, les fûts jetables prennent une part de plus en plus importante sur le marché de la bière artisanale. Il y a 10 ans, la bière pression était un des derniers bastions des « consignés ». Celle-ci est maintenant concernée par le jetable et l’éphémère.

 

 

Nous allons donc montrer ici les avantages et inconvénients d’un contenant plastique comparé au fût en acier inoxydable.

 

Néanmoins la durée et l’amortissement d’un fût traditionnel (80€ neuf) contre 10-15 € pour les jetables, se fait assez rapidement au regard de leur durée de vie (plusieurs dizaines d’année en changeant les pièces consommables de temps en temps). Même si leur nettoyage comporte un certain coût environnemental et financier, l’inox est réellement plus durable car leur durée de vie se compte en dizaines d’années.

De leurs côtés, les fûts jetables sont dits en « plastique recyclable ». Lorsqu’on sait qu’en 2016, seulement 26% du plastique était réellement recyclé en France, on est en droit de se demander si ces contenants sont vraiment un pari « d’avenir » ?

 

 

En effet, ce n’est pas un scoop mais le plastique pose de nombreux problèmes environnementaux, et même quand il est indiqué comme « recyclable », la France est loin d’avoir la capacité de le prendre en charge à 100%. C’est pour cette raison que de nombreux conteneurs remplis de nos déchets plastiques partent en direction de l’Asie du sud-est par exemple.

Ces contenants jetables comportent pourtant de nombreux avantages pour les brasseurs et débits de boissons. Le poids est notamment un de ceux-là car le plastique est bien plus léger que l’inox. Cela permet donc pour beaucoup de brasseurs et barmans de gagner un peu en ergonomie de travail. Ce n’est bien sûr pas négligeable compte tenu de la pénibilité de ces métiers.

Un autre atout de ce type de contenant est de ne pas avoir à les récupérer pour les nettoyer. Le brasseur envoi ses fûts à l’autre bout du pays ou même à l’étranger sans se soucier du retour de ceux-ci, économisant donc une bonne partie des frais liés au transport, ainsi que, il est vrai, le CO² généré par le retour.

D’autres points positifs comme l’économie de produit de nettoyage et de place liée au stockage, sont à mettre au profit de ces contenants jetables.

Les atouts du plastique sont donc nombreux et les vieux fûts inox malgré leur très longue durée de vie semblent d’un autre temps face à tous ces arguments.

 

 

Quelle solution est la plus durable ?

La solution se trouve certainement ailleurs :

Le développement des brewpubs et autres taprooms apparait comme la voie la plus durable pour éviter la pollution liée aux déchets et au transport. Ils sont des lieux où l’on produit et consomme la bière au sein même du bâtiment de fabrication. Le tirage en direct des cuves et la faible proportion de vente à l’extérieur de la brasserie sera toujours plus durable qu’un établissement envoyant ses fûts, même inox, tous azimuts.

 

L’avenir et les futures lois « vertes » jetteront peut-être l’opprobre sur le tout jetable, mais en attendant la France se débarrasse sans les réutiliser de la majorité de ses déchets plastiques.

 

Gaël

RELATED POSTS

LEAVE A COMMENT